Fonds de dotation ou fondation : le match des avantages fiscaux

Fonds de dotation ou fondation : le match des avantages fiscaux

4.9/5 - (7 votes)

En matière de philanthropie, les fondations et les fonds de dotation représentent deux structures juridiques privilégiées. Si elles partagent une vocation philanthropique commune, leur utilisation et leurs avantages fiscaux diffèrent. Cet article propose un comparatif détaillé de ces deux entités pour vous aider à faire le meilleur choix selon votre projet.

Fondation et fonds de dotation : comprendre les différences essentielles

La fondation : une structure ancienne avec un fonctionnement spécifique

Introduites en 1987, les fondations sont des structures juridiques qui matérialisent la volonté d’un particulier, d’une famille ou d’une entreprise de consacrer une partie de leurs ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général. Leurs modalités de création et de gestion sont soumises à des règles strictes, garantissant ainsi une certaine stabilité sur le long terme.

Le fonds de dotation : une initiative française plus récente

Nés en France en 2008, les fonds de dotation sont une forme plus flexible et accessible que les fondations. Ils permettent aux donateurs privés ou publics de financer des projets spécifiques sans avoir à créer une structure complexe. Leur souplesse en fait un outil attractif pour ceux qui souhaitent s’engager dans l’action philanthropique sans être contraints par la rigidité inhérente aux fondations.

Pour mieux saisir l’impact de ces deux structures sur le paysage philanthropique français, examinons de plus près leurs avantages fiscaux.

Les avantages fiscaux des structures philanthropiques en comparaison

Les atouts fiscaux liés aux fondations

Les fondations, en raison de leur statut, bénéficient d’avantages fiscaux intéressants, notamment en termes de droits de mutation, d’Impôt sur le Revenu (IR) et d’Impôt sur les Sociétés (IS). Ces incitations sont destinées à encourager la création de nouvelles entités et à stimuler la générosité publique.

  • Droits de mutation : exonération totale pour les dons et legs réalisés au profit des fondations reconnues d’utilité publique.
  • Impôt sur le revenu (IR) : réduction jusqu’à 75% du montant des dons dans la limite de 537€ puis 66% au-delà, dans la limite globale de 20% du revenu imposable.
  • Impôt sur les sociétés (IS) : réduction jusqu’à 60% du montant des dons dans la limite de 0, 5% du chiffre d’affaires.
Lire plus  Retraites chapeau : fonctionnement et bénéfices potentiels

L’avantage fiscal propre aux fonds de dotation

Les fonds de dotation, tout comme les fondations, bénéficient également d’avantages fiscaux attrayants. La principale différence réside dans leur accessibilité : il est plus facile et moins coûteux de créer un fonds de dotation que de fonder une institution.

  • Droits de mutation : exonération totale pour les dons et legs réalisés au profit des fonds de dotation.
  • Impôt sur le revenu (IR) : réduction jusqu’à 75% du montant des dons dans la limite de 537€ puis 66% au-delà, dans la limite globale de 20% du revenu imposable.
  • Impôt sur les sociétés (IS) : réduction jusqu’à 60% du montant des dons dans la limite de 0, 5% du chiffre d’affaires.

Après avoir analysé les avantages fiscaux, penchons-nous maintenant sur les critères de création et le fonctionnement spécifique des fonds de dotation.

Les critères de création et de fonctionnement d’un fonds de dotation

Les critères de création et de fonctionnement d'un fonds de dotation

Mise en place et organisation d’un fonds de dotation

L’ouverture d’un fonds de dotation nécessite peu formalités administratives avec un délai rapide pour obtenir la reconnaissance légale. Il offre une grande souplesse en matière de gouvernance et de gestion, sans minimum de capital requis. C’est donc une solution idéale pour ceux qui souhaitent s’engager dans des actions philanthropiques sans avoir à gérer la lourdeur administrative d’une fondation.

Gestion et optimisation : les risques fiscaux associés aux fondations et aux fonds de dotation

Gestion et optimisation : les risques fiscaux associés aux fondations et aux fonds de dotation

La vigilance face aux contrôles renforcés

Une loi datant du 24 août 2021 a renforcé les contrôles des organismes relevant du régime du mécénat et bénéficiaires de dons. Il est donc essentiel, tant pour les fondations que pour les fonds de dotation, de respecter scrupuleusement le cadre légal afin d’éviter tout risque fiscal ou patrimonial.

Après avoir passé en revue ces différents aspects, il reste un dernier point crucial à considérer : comment choisir entre une fondation et un fonds de dotation selon son projet philanthropique ?

Choisir entre fondation et fonds de dotation : quelle structure pour quel projet philanthropique ?

Projet à long terme ou action ponctuelle ?

Lorsqu’il s’agit de choisir entre une fondation et un fonds de dotation, la nature de votre projet est déterminante. Pour une action à long terme, nécessitant une structure stable et pérenne, la fondation est généralement privilégiée. En revanche, pour des actions plus ponctuelles ou spécifiques, le fonds de dotation offre plus de souplesse et d’accessibilité.

  • Zoo ou L'Assassin philanthrope - Classiques et Contemporains
  • Vers une philanthropie stratégique
  • Philanthropist's Guide To Giving, A: Asia-based Insights From Asia Philanthropy Circle

Pour faire un choix éclairé entre la création d’une fondation ou d’un fonds de dotation, il est essentiel de bien comprendre leurs différences, leurs avantages fiscaux respectifs mais également les contraintes associées. Ces deux structures répondent à des besoins spécifiques et peuvent être complémentaires dans une stratégie philanthropique globale. En fin de compte, votre décision devra principalement se baser sur la nature de votre projet et vos ambitions en matière d’action sociale et humanitaire.

Lire plus  Fondations philanthropiques : quel impact sur vos impôts ?
Retour en haut