Assurance vie : le meilleur placement pour diversifier et développer son patrimoine financier ?

Écrit par Grégory | Mis à jour le 25 décembre 2020 | 0 commentaire(s)

L'assurance vie présente de nombreux avantages, autant de fonctionnement que fiscaux. En définitive, elle est le meilleur placement pour développer son patrimoine et préparer sa succession. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'assurance-vie.

Assurance vie : le placement idéal pour développer votre patrimoine et préparer votre succession

More...

L’assurance vie est un outil très populaire pour investir son épargne.

Pour s’en convaincre, il suffit de citer quelques chiffres :

  • les Français détiennent plus de 1700 milliards d’euros investis en assurance vie
  • le nombre total de contrats est de plus de 48 millions

En pratique, les épargnants ouvrent généralement une assurance-vie sur les conseils de leur banquier.

Bonne ou mauvaise décision ?

Pour répondre à cette question en une phrase, la réponse est oui, il s’agit d’une bonne décision.

L’assurance vie est un dispositif d’épargne présentant des caractéristiques très intéressantes que nous allons exposer dans cet article.

L’assurance vie : un produit d’épargne avant tout

L’assurance vie est parfois confondue avec l’assurance décès. Ces deux produits sont pourtant très différents. L’assurance vie est avant tout un produit d’épargne, puisque les primes versées sur le contrat d’assurance vie sont capitalisées (ce qui n’est pas le cas de l’assurance décès). Plutôt que de parler de “prime”, il serait d’ailleurs plus simple et compréhensible pour le grand public de parler de “versement”. C’est généralement le terme retenu dans le langage employé par les banques et les courtiers pour s’adresser au grand public.

Profitons de cette introduction pour casser un mythe trop souvent ancré dans l’esprit des épargnants : l’argent investi sur un contrat d’assurance vie n’est pas bloqué. L’épargnant peut, à tout moment, réaliser des versements et des retraits. Cette confusion vient du fait que si le contrat a plus de 8 ans, les retraits bénéficient d’avantages fiscaux, ce qui n’est pas le cas avant cette date (on reparle de la fiscalité plus bas).

Les comparatifs en ligne montrent que les meilleurs contrats (généralement ceux des courtiers en ligne) commercialisés de nos jours sont des assurances vie “multisupport”.

L’assurance-vie est une enveloppe fiscale au sein de laquelle l’épargnant peut diversifier son capital sur différents supports d’investissement. Les épargnants (et parfois même les journalistes) font trop souvent l’amalgame entre assurance vie et fonds euro. Il est vrai que les fonds euro représentent une part importante des encours investis en fonds euro (plus de 75 %).

Mais l’assurance vie n’est pas que cela !

Ainsi, il est erroné de dire que la performance des assurances vie est en baisse. En fait, ce sont seulement les fonds euro dont la performance connaît une baisse au cours des dernières années. Mais les épargnants peuvent librement investir tout ou partie des encours vers des supports beaucoup plus performants.

L’assurance vie multisupport permet d’investir sur des fonds euros ou des unités de compte.

Les fonds euro sont gérés par des assureurs, lesquels assurent une garantie sur le capital investi. La baisse généralisée des taux (sous l’impulsion des banques centrales) a eu pour effet collatéral de diminuer la performance des fonds euro, ces derniers étant essentiellement composés de dettes de grands États empruntant à des taux quasiment nuls.

Les unités de compte comprennent par définition l’ensemble des supports financiers autres que les fonds euros. On trouve une grande diversité de supports en unités de compte, aussi bien en termes de profil de risque que de classes d’actifs. Parmi les unités de compte les plus répandues, on peut citer les fonds diversifiés (OPCVM, etc.), les fonds en actions, les fonds obligataires, les fonds monétaires.

Plus surprenant, il est également possible d’investir dans l’immobilier via les unités de compte. Soit en achetant des actions de foncières cotées en bourse (certains contrats d’assurance vie référencent quelques grosses foncières cotées), soit en souscrivant des parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ou bien encore des parts d’organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). Les SCPI sont investis à 100 % en immobilier tandis que les OPCI peuvent être partiellement diversifiés sur d’autres classes d’actifs. Il est aussi possible d’investir dans des sociétés civiles immobilières (SCI).

Pour aller plus loin encore, les épargnants les plus exigeants et les plus fortunés peuvent se tourner vers les assurances vie luxembourgeoises. Elles autorisent une plus grande liberté que les contrats de droit français en termes de placements financiers. Le ticket d’entrée est de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Une fiscalité très favorable

Si l’assurance vie séduit autant d’épargnants, ce n’est pas seulement en raison du large choix de classes d’actifs accessibles. C’est aussi et surtout en raison d’une fiscalité particulièrement favorable.

En premier lieu, il est important de comprendre que l’assurance vie fonctionne selon le principe d’une enveloppe capitalisante : les gains réalisés au sein de l’enveloppe sont librement réinvestissables dans le temps et ne supportent aucun impôt, à l’exception des prélèvements sociaux (dont le taux s’élève à ce jour à 17,2%) collectés annuellement sur les fonds euros.

Les gains perçus sur les unités de compte ne supportent aucune fiscalité tant que l’argent reste dans l’enveloppe. Cette caractéristique est très intéressante. En réinvestissant 100 % des gains année après année, la croissance du capital sera plus forte que s’il fallait chaque année passer par la case impôt.

Les gains réalisés sur l’assurance vie ne sont soumis à l’impôt qu’au moment de la sortie des capitaux de l’enveloppe.

Et là encore, l’assurance vie présente un atout important : en cas de retraits sur un contrat de plus de 8 ans, l’épargnant bénéficie d’un abattement annuel de 4 600 euros sur les plus-values imposables.

Prenons le cas d’un contrat dont l’encours est de 200 000 euros, lesquels proviennent à 50 % des versements et 50 % des gains...

Alors, l’épargnant peut réaliser un retrait de 9200 euros sans payer d’impôt puisque la fraction de plus-values (50% des 9200 euros) profite pleinement de l'abattement de 4600 euros. Cet exemple illustre l’intérêt que constitue l’assurance vie pour se créer un complément de revenu à la retraite ou avant.

Un outil de transmission du patrimoine

Cerise sur le gâteau, l’assurance vie est également un très bel outil pour transmettre son patrimoine.

Mais pour cela, encore faut-il anticiper sa succession.

  • Si l’on souscrit et alimente un contrat d’assurance vie avant ses 70 ans, les bénéficiaires du contrat profiteront chacun d’une exonération de droits de succession dans la limite de 152 500 euros.
  • Si le souscripteur a plus de 70 ans au moment où il alimente le contrat, l’exonération ne portera que sur 35 000 euros pour l’ensemble des bénéficiaires.

Il est donc très important d’anticiper avant ses 70 ans sa succession.

Précisons que l’exonération de droits de succession s’applique même si le bénéficiaire est sans lien de parenté avec le souscripteur.

Conclusion

En synthèse, l’assurance vie est un excellent outil pour diversifier son épargne sur l’ensemble des classes d’actifs existantes, en profitant d’un cadre fiscal favorable. De surcroît, l’assurance vie constitue également un outil très performant pour optimiser sa succession.

Laissez un commentaire...

Votre adresse mail ne sera jamais diffusée. Les champs obligatoires sont indiqués par une astérisque.

{"email":"Adresse mail invalide.","url":"Adresse de site invalide.","required":"Un champs obligatoire est absent."}

À propos de ce site

Le site de vos finances personnelles.

Pour vous aider à gérer votre budget, économiser votre argent, investir intelligemment.

Pour gagner votre indépendance financière.

Les livres que je vous recommande




ipsum porta. ipsum Aenean eget quis, non libero