L’argent est plus une affaire de psychologie qu’une affaire de mathématiques

N’y allons pas par 4 chemins : l’argent et les finances personnelles sont plus un problème d’état d’esprit et de psychologie qu’un problème de mathématiques. Résoudre vos problèmes avec l’argent et avoir des finances personnelles florissantes passera par un travail sur vous plus que sur vos finances.

argent-psychologie

Depuis de longs mois, je suis en congé sabbatique. Après plusieurs années de métro-boulot-dodo et d’un boulot qui me plaisait de moins en moins, j’ai décidé de tout plaquer et de me lancer dans la création de ma propre activité.

C’est un sujet, forcément, qui a engendré de grandes discussions avec mon entourage : mes proches, ma famille, des connaissances, mes collègues de bureau.

Les réactions étaient assez variées. Il prédominait une vague crainte de l’inconnu. Ce que je peux comprendre.

Mais la réaction la plus courante, c’était :

Tu pars en congé sabbatique ? Tu en as de la chance ?

Un peu comme si j’avais été tiré au hasard d’une loterie à laquelle je ne me serais pas inscrit et à laquelle j’aurais gagné ce congé sabbatique.

J’expliquais plutôt :

Euh, non, ce n’est pas de la chance. C’est plutôt un dispositif auquel j’ai droit après 3 ans de travail dans la même société. Comme j’ai envie de vivre autre chose, je me lance. Je reste salarié mais je n’ai plus à venir travailler et je ne suis pas payé.

Survenait alors la question :

Tu ne seras pas payé ?!… Comment tu vas faire ?!…

Et bien, effectivement, oui, je ne suis pas payé. D’où l’importance de réfléchir à ce projet et de le préparer correctement.

Parce que je ne suis pas partie en congé sabbatique les mains dans les poches : j’ai pris le temps de créer les ressources financières nécessaires pour vivre sans aucun revenu pendant 2 ans minimum.

Régulièrement, on me faisait la réflexion suivante :

Chapeau ! Moi, je ne pourrais jamais mettre autant d’argent de coté …

Effectivement, le nerf de la guerre était bien là : mettre de l’argent de coté.

Le plus intéressant, c’était de constater quelles personnes me faisaient une telle réponse …

  • une ancienne collègue de bureau de ma compagne qu’elle avait surnommé « achat compulsif ». Je vous laisse deviner pourquoi :-) En plus de faire régulièrement des achats compulsifs, elle allait régulièrement faire les boutiques parce qu’elle avait toujours besoin de quelque chose ;
  • un ancien camarade de jeu de Magic the Gathering, un jeu de cartes. Si vous ne faites pas attention, ce jeu est un vrai gouffre financier. Mon camarade de jeu ne faisait pas attention. Et il était, en plus, un collectionneur invétéré. Des cartes de ce jeu, des figurines, des DVD, …
  • une copine de ma compagne avait une collection de sac à mains et de chaussures telle qu’elle ne pouvait pas tous les porter. Et elle continuait à en acheter.
  • un ancien pote, lui, était raide-dingue de jeux, sous toutes les formes. Lorsque les jeux en ligne sont apparus, son temps libre a disparu. Et avec lui une grande partie de ses finances.

Moi-même, à une époque, je claquais pas mal d’argent à Magic the Gathering afin d’avoir des cartes intéressantes. Cartes que je n’ai finalement jamais jouées :-)

La plupart de ces personnes étaient plutôt intelligentes et relativement censées.

Cependant, dès que le sujet était l’argent et leurs finances personnelles, elles ne se comportaient plus de façon rationnelle. Elles dépensaient bien au-delà de leurs besoins. Et parfois même de leurs moyens.

En fait, elles avaient largement les moyens de mettre de coté des montants identiques aux miens pour mon congé sabbatique. Leur usage aurait pu en être bien différent du mien. Mais le fait est qu’elles auraient pu mettre autant d’argent de coté que moi.

Le pire est que ces personnes se plaignaient de ne pas avoir le budget nécessaire pour certains projets. Or, avec de la discipline et de l’engagement, ce budget, elles auraient pu l’avoir.

Le problème n’était pas financier mais comportemental et psychologique.

Les finances personnelles sont plus un problème d’état d’esprit et de psychologie qu’un problème de mathématiques.

La psychologie de l’argent

Vous pourrez lire de nombreux conseils concernant l’argent, l’épargne et l’investissement, et plus globalement les finances personnelles.

Ces conseils sont judicieux et techniquement correctes.

Mais si vous oubliez l’aspect psychologique, vous n’irez pas bien loin.

L’essentiel de l’incapacité des 4 personnes dont je parle au-dessus à mettre de l’argent de coté provient de ressorts psychologiques et de besoins qu’elles assouvissent par des dépenses nombreuses et mal contrôlées.

Si …

  • vous ne raisonnez pas l’usage que vous faites de l’argent au quotidien
  • vous ne réfléchissez pas aux raisons de certaines de vos dépenses
  • vous n’avez pas un projet ou un objectif derrière votre démarche financière

… alors vous prenez le risque de vous compliquer la tâche, voire même d’échouer avant même de réellement commencer.

Prenons un exemple facile pour illustrer l’importance de la psychologie : les publicités.

La plupart des publicités ne jouent pas sur un plan concret et pratique, en avançant des arguments fonctionnels ou utilitaires. Les publicités jouent sur le plan émotionnel et psychologique, en flattant notre ego ou en jouant sur l’aspect sociale. Car cela nous influence, nous et nos habitudes de consommation, même si nous pensons le contraire.

Pensez-vous que les sociétés dépenseraient autant en publicité s’il n’y avait pas un retour sur investissement ?

Un autre exemple, plus positif, de l’importance de la psychologie : le cas du remboursement de plusieurs dettes.

Rembourser les dettes les plus importantes semble logique car ce sont elles qui vous coûtent le plus cher. Autant les écluser le plus rapidement possible.

Pourtant, rembourser les dettes les plus faibles est sûrement plus intelligent et aura un impact psychologie plus important. Car cela permet de remporter une première victoire, de dégager un premier excédent financier (ou de réduire le déficit) et d’enclencher un élan positif.

Ce blog n’est pas un blog de psychologie. Et je n’ai aucune formation traditionnelle en la matière.

Mais j’en parlerais régulièrement car c’est un aspect important de la gestion de ses finances.

Je me répète : l’argent est plus un problème de psychologie qu’un problème de mathématiques. Ne l’oubliez pas.

Reprenez la maitrise de votre cerveau

Éliminer complètement les aspects émotionnels et psychologiques de la gestion de l’argent, ce n’est pas possible.

Nous sommes des humains, pas des robots ou des machines. Et il est important de savoir se faire plaisir et de savoir décompresser.

Cependant, il me semble important de maîtriser et réduire  les aspects émotionnels négatifs de nos décisions financières.

Voici mes quelques conseils.

Réduisez votre exposition à la publicité

Si vous ne voulez pas me croire, ne me croyez pas. Mais vous êtes forcément influencé par la publicité. Ou, tout du moins, par certains types de messages publicitaires.

Le mieux est alors d’éviter la publicité autant que vous le pouvez :

  • regardez moins la télévision, ou regardez-la sans regarder les publicités ;
  • passez les annonces de magazines, ou n’en lisez plus ;
  • utilisez un bloqueur de pub pour votre navigateur ;

Évitez la tentation

Je pense que si je retouche de trop des cartes Magic, je replongerais. Ma solution ? Je m’en tiens éloigné.

Plutôt que de jouer sur votre discipline, tenez-vous éloigné de la tentation. Ou mettez des barrières entre elles et vous.

Si vous êtes tenté dans les centres commerciaux, n’y allez pas. Si vous succombez souvent au restaurant, ne sortez pas et invitez plutôt à manger chez vous.

Automatisez

Si vous avez du mal à faire des choix financiers intelligents et à vous y contraindre, automatisez.

Automatisez les virements qui placent pour vous de l’argent sur votre Livret A, sur un compte sur livret, sur votre assurance-vie, … En utilisant ces virements automatiques, vous ne pourrez plus vous saboter vous-même par des biais psychologiques ou émotionnels quelconques.

Prenez conscience de vos dépenses

Lorsque vous êtes tenté par un achat, faites une pause.

Prenez 30 secondes pour vous demander si vous avez vraiment besoin de ce que vous vous apprêtez à acheter. S’il s’agit d’un achat d’un montant important, vous pouvez vous forcer à attendre trente jours. Si vous avez encore besoin après ce délai, alors achetez-le. Sinon vous aurez fait une économie.

Traquez toutes vos dépenses : notez-les dans un calepin immédiatement après l’achat. C’est le meilleur moyen de réaliser toutes les dépenses que vous faites, ainsi que les montants et les ressorts psychologiques impliqués.

Conclusion

Si vous avez des problèmes avec l’argent, les réponses à vos problèmes ne viendront pas d’une meilleure compréhension des intérêts composés, des assurances-vies ou de la bourse. Ni même d’un nouvel explosé sur la nécessité de dépenser moins que ce que vous gagnez.

Il y a de fortes chances que vous en soyez déjà convaincu. Et cela reflète bien l’importance des ressorts psychologiques.

Pour régler vos problèmes avec l’argent, oubliez ces concepts ou les mathématiques, apprenez plutôt à maîtriser votre esprit.

Vous aimez ? Partagez !

Click Here to Leave a Comment Below

Amandine

Je pense aussi que tout est une question de psychologie. Quand on a l’envie, c’est sûr que l’on peut y arriver :)

Reply
Didier

Bonjour,
Savoir s’entourer de personnes positives est aussi un élément important à prendre en compte si l’on veux s’enrichir. Cela aide à trier les bonnes pensées.
Bravo pour votre courage d’avoir quitté momentanément ou définitivement votre emploi salarié !
Bonne route !

Reply
Leave a Reply: